user-regular.svg

ESDES

clock-regular.svg

3 min.

calendar-alt-regular.svg

2 juin 2021

 

« Le monde ne sera pas détruit pas les gens qui font le mal
mais par ceux qui regardent sans agir »
Sébastien Loctin, fondateur de Biofuture

 

Biofuture, c'est la maison-mère de deux marques qui font du bruit dans les rayons de vos commerces : Quintesens et Nob. Créée il y a 12 ans par Sébastien Loctin, alumni promotion 1995 du Programme Grande École de l’ESDES Lyon Business School, elle répond à la volonté d'agir pour une alimentation plus responsable de l’environnement, de la santé et de l’emploi local. Portrait.

 

Une fois diplômé de l’ESDES, Sébastien Loctin a fait ses armes en marketing. Chez Lessieur par exemple, où il a assuré lé promotion et la vente de produits de grande consommation. Son parcours a toujours été marqué par l’alimentation : en plus d’être vitale, elle devient au fil des années un sujet de santé publique. Les choix d’alimentation de chacun sont déterminants pour tous les acteurs de la place : nous décidons d’enrichir les mastodontes agroalimentaires, ou de nourrir les PME et agriculteurs français à travers une consommation raisonnée et locale : " l’alimentation est un sujet sur lequel on ne peut faire aucun compromis : il conditionne l’ensemble de la société dans laquelle on vit."


Passionné depuis toujours par la gastronomie de par son héritage culturel familial, il est également sensible au monde qui l'entoure, à la durabilité, au développement d'un monde meilleur. La parfaite équation pour se lancer... 

C'est après 15 ans d’expérience dans le domaine de l’agro-industrie qu'il réalise, notamment grâce à ses enfants, l’énorme écart entre l’image de l’alimentation et la réalité des normes agro-alimentaires telles que les pesticides, le plastique ou encore l’ultra transformation. Il saisit alors l’ampleur du phénomène alimentaire qui détruit la santé, l’emploi et l’environnement.

Pour y faire face, il a donc créé Biofuture. Son entreprise met en avant l’alimentaire dans une norme plus cohérente à ses yeux. Deux marques sont commercialisées : Quintesens, vendue dans les magasins bio et qui ambitionne de revisiter les incontournables classiques de chaque foyer ; Nob (anagramme de Bon) à l’assaut de la grande distribution qui, dans la même optique que sa grande sœur œuvre à bannir totalement le plastique et les additifs. Tout un programme !
Les produits sont issus de l’agriculture biologique et de filières courtes dans une idée de transparence totale auprès des consommateurs. Dans cette dynamique écoresponsable, Biofuture adhère au mouvement 1% for the planet : c’est donc 1% de son chiffre d’affaires qui est reversé à des associations veillant à la protection de l’environnement.

Capture-Jun-02-2021-12-16-56-05-PM

Site biofuture.fr

 

Fort de son passage à l’ESDES et de ses expériences professionnelles et personnelles, Sébastien conçoit le manager responsable comme un leader qui apprend à ses collaborateurs à accomplir, à essayer en donnant du sens plutôt qu’à réussir à tout prix. « Dans notre société, il y a une forte tendance à mettre la pression sur la performance et l’atteinte d’objectifs quantitatifs. Cette vision de la réussite est un indicateur qui fait commettre de graves erreurs. L’argent étant au centre des préoccupations, certains atteignent des extrêmes, notamment dans le secteur agroalimentaire où, de grands groupes, pour des questions financières parviennent à alimenter la planète de produits nocifs pour la santé, l’environnement et l’emploi des petites entreprises. »
Là où certains se contentent de constater les dégâts causés par les géants pollueurs, Sébastien décide d’agir et d’assainir la place de la nourriture dans le quotidien de tous.

Partager ce post sur
facebook twitter linkedin linkedin